Français Student Life Témoignages

FRANCOPHONES DE l’IHEID: #3 La francophonie est grande, multiple et variée.

Pour célébrer la journée internationale de la francophonie du 20 mars, l’Amicale des étudiant-e-s francophones de l’IHEID vous propose, en collaboration avec The Graduate Press, une série de témoignages d’étudiantes et d’étudiants de l’IHEID.

Amédée Hirt, Suisse, 1ère année Ma IHP

« Quand je pense à mes rapports à ma langue maternelle française, inévitablement, la notion d’identité me vient à l’esprit. Le français est la langue dans laquelle je baigne depuis toujours. Petit, ma langue n’était pas forcément liée à un endroit. J’étais francophone et c’était comme ça. Rapidement, je me suis rendu compte que mon français n’était pas tout à fait le même que celui d’ailleurs. En voyage en France, j’ai obtenu peu de résultats en demandant un cornet pour mes courses, un numéro de natel, ou un sportif henniez. Pour la plupart des francophones, ces termes sont obscurs. Ainsi, j’ai appris que ma langue (et mon accent) reflétait mon origine suisse romande, et plus précisément, fribourgeoise. Mon “romandisme” me distingue de cette grande voisine, la France, dont les films, la musique et la littérature m’influencent.

Mais cette appartenance à la francophonie me distingue aussi des autres langues. L’allemand, que j’ai appris à l’école, fait partie de ma culture. Pourtant à l’étranger, quand j’annonce que je suis Suisse, il m’est important de préciser que je suis francophone. Ma connaissance de l’anglais a aussi façonné ma culture, en me donnant accès à une culture globalisée. C’est également un outil pour accéder au savoir. L’anglais règne en maître dans les milieux académiques internationalisés. Mais, à l’heure d’écrire, de créer, l’anglais reste une langue étrangère. Seul le français me donne cette sensation de confort, de compréhension complète, ce sentiment d’être à la maison.

Même si j’écris depuis cette maison, je sais que mes mots peuvent traverser des frontières et résonner dans des oreilles canadiennes, libanaises, camerounaises, belges ou encore burkinabées. La francophonie est grande, multiple et variée. C’est cette diversité qu’il faut chérir et apprécier dans cette langue. Aujourd’hui, j’aime ma langue française, j’aime sa vivacité, son évolution constante, et j’apprécie de la voir s’émanciper de son centralisme passé. »

0 comments on “FRANCOPHONES DE l’IHEID: #3 La francophonie est grande, multiple et variée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: